le chapeau de Miterrand

Je viens de terminer ce livre et je ne peux m'empêcher de vous faire part de mes impressions, ce livre m'a enchantée, c'est un conte moderne.

Quelques mots sur l'auteur :

Antoine Laurain est écrivain et journaliste, scénariste également, c'est un passionné d'histoire de l'art et de cinéma; il est l'auteur de 3 romans avant celui-ci : "Ailleurs si j'y suis"(2007), "Fume et tue" (2008), et "Carrefour des nostalgies" (2010), tous publiés chez Le Passage.

Pour "Le chapeau de Mitterrand", il a obtenu le Prix des Lecteurs de l'Express, et le Prix Landerneau.

Le livre :

C'est un conte des temps modernes, incroyablement bien construit, et un voyage nostalgique dans les années 80. Un soir, un comptable esseulé dîne dans une grande brasserie parisienne; vient s'asseoir à la table à côté, le président Mitterrand accompagné de Roland Dumas et d'un autre convive. Lorsque le groupe s'en va, le Président oublie son chapeau. Le comptable élabore toute une stratégie pour s'emparer du feutre présidentiel, sans que personne s'en aperçoive.....et dès lors, la magie s'accomplit, car ce prestigieux galurin avec les initiales FM gravées en lettres dorées à l'intérieur, a un pouvoir magique; il transforme celui qui le met sur sa tête, et le petit comptable discret va voir sa vie changer du tout au tout, jusqu'au jour où lui aussi, va perdre le chapeau magique....

On imagine bien dès le départ que le Président va récupérer son chapeau, mais on se demande comment. Le chapeau passe de main en main, ou plutôt de tête en tête, et on est surpris par la fin du livre....mais je ne vous en dis pas plus.

Mon avis :

J'ai adoré ce livre, à l'écriture alerte, facile à lire. Le sujet est sympa, pas banal, léger. De plus l'auteur nous balade dans les années 80 avec une certaine nostalgie, avec l'évocation du minitel, des polémiques autour de la construction de la Pyramide du Louvre, l'émergence de Jean-Michel Basquiat, le règne de Séguéla.... J'ai vraiment passé un très agréable moment, ce livre se lit rapidement, on ne se prend pas la tête, il est à la fois nostalgique et gai, léger et profond.

Et vous l'avez-vous lu ?