Je vous avais promis de vous parler de Capri, qui était l'une de nos destinations lors de notre séjour à Naples il y a quelque temps.

Je rêvais de voir Capri, ses rochers, la mer émeraude, les ruelles en pente, je rêvais de sentir le parfum des agrumes, de découvrir les villas blanches accrochées aux rochers. Je me faisais tout un monde de cette île qui a su enchanter tant de personnalités aussi différentes que Lénine, Malaparte, Gorki, la famille Krupp, le médecin (et écrivain) allemand Axel Munthe ou encore de façon plus anecdotique Hervé Villard ("Capri, c'est fini").

Quand on est à Naples, il est très facile de se rendre à Capri; le port d'embarquement pour les îles se trouve au Molo Beverello en plein centre de Naples; vous avez le choix entre le Ferry ou l'Hydroglisseur, et les départs se font très régulièrement (environ une trentaine par jour); il y a plusieurs compagnies qui prennent en charge les traversées. Nous avons choisi le ferry (c'était le premier à partir), et nous avons payé 12 euros par personne pour l'aller (et autant pour le retour). La traversée se fait en 45 minutes de façon très agréable; nous avons eu la chance de voir notre ferry accompagné pendant une partie du trajet, par un groupe de dauphins.

L'arrivée dans la baie de Capri est magique; le ciel était magnifiquement bleu, la mer était émeraude, les maisons blanches accrochées à la colline; c'était tel que je l'imaginais.

arrivée à Capri

baie de capri

Les ferries arrivent à Marina Grande , le port de la ville de Capri; ensuite, il faut prendre le funiculaire pour "monter" au centre ville. L'île est très petite, 6 km de long sur 3 km de large; on peut donc aisément se déplacer à pied si l'on est courageux, et qu'il ne fait pas trop chaud. Mais il faut savoir qu'il existe un service de bus très compétent qui assure les liaisons entre Capri et Anacapri très régulièrement toute la journée. Nous sommes restés toute la journée sur l'île, et franchement je pense que c'est suffisant.

Le funiculaire qui vous conduit au centre de la ville débouche sur la "piazzetta", autre nom de la place Umberto I. Là vous humez l'air de Capri, luxe, calme, cafés dignes des plus beaux endroits du monde (café à 10 euros :((, aie aie !!!! ), et si vous jetez un oeil dans les petites rues qui débouchent sur la place, c'est l'avenue Montaigne, le Faubourg Saint Honoré, les boutiques de luxe côtoient les hôtels splendides.

la piazzetta vue partielle de la piazzetta

Capri se goûte ailleurs, à l'écart de ces lieux superficiels qui ne sont que des temples de la consommation pour touristes riches et branchés.

Capri, c'est la douceur des ruelles étroites et ombragées

l'odeur des citrons,

capri vente de jus de citrons

les parfums de Carthusia, la parfumerie de l'île qui prépare ses parfums à l'ancienne avec les plantes que l'on trouve sur l'île, prioritairement le citron, et le giroflier sauvage.

les sentiers escarpés qui longent la mer et qui nous permettent de découvrir la beauté et la sauvagerie de la nature

les 3 îlots les 3 rochers les plus célèbres de l'île:les Faraglioni

capri glycine

capri vue de la villa Krupp Vue de la villa Krupp (transformée en hôtel de luxe)

capri maison

Nous avons fait l'excursion qui mène à la Villa Malaparte, en longeant des maisons sublimes, entourées de jardins en cascades, toutes avec piscine sur le toit.

La villa est construite sur la Punta Massullo, battue par les vents; emblématique de cette pointe de Capri, la villa n'est accessible que par la mer, et l'on doit y accéder par un escalier trapézoïdal imaginé par l'architecte Adalberto Libera. La villa ne se visite donc pas; elle est le siège aujourd'hui d'une association culturelle.

A sa mort, Curzio Malaparte a légué sa villa à la République Populaire de Chine. Cette villa de couleur rouge a servi de cadre au film le plus connu de Jean-Luc Godard : "le Mépris" avec Brigitte Bardot en 1963.

Villa Malaparte

Si vous décidez d'aller à Capri :

- évitez l'été pour cause d'envahissement par les touristes et la grande chaleur; nous y étions début avril, et il y avait déjà beaucoup de monde;

- sortez des lieux "touristiques" vantés par les guides; Capri se découvre à pied, en cherchant les trésors enfouis sous le glamour et le snobisme.

- allez chez Carthusia, car même si la visite est conseillée par les guides, vous aurez un plaisir immense à entrer dans cette oasis de fraîcheur et de parfum, où les gens sont absolument charmants, et n'hésitent pas à vous faire sentir tous les parfums.

- mangez une des spécialités de l'île : la torta caprese, à base de chocolat noir et d'amandes moulées; et là un seul endroit : la Pasticceria Alberto, chère (très !!!) mais divine.

- goûtez au limoncello, un digestif naturel sucré, qui se boit glacé et qui est maintenant connu dans le monde entier, mais je ne suis pas sûre qu'il soit aussi bon qu'à Capri.

- et s'il vous reste un peu d'argent, n'hésitez pas à vous faire faire une paire de sandales par Antonio Viva qui les fabrique sur mesure à l'extérieur de sa boutique.

Bonne visite.