Hier soir, je ne sais quelle chaîne a repassé "4 mariages et un enterrement", et là, je l'avoue, je ne résiste pas à l'envie de regarder ce film; je crois bien l'avoir regardé chaque fois qu'il revient à la TV, ce qui fait, depuis 1994 au moins une dizaine de fois. Il y a des films comme ça qui m'accrochent chaque fois devant mon écran, celui-ci en fait partie, et j'ai aussi "Sur la Route de Madison" dans un autre registre.

affiche 4 mariagesimage AlloCiné

Au-delà de la bluette sentimentale que ce film détaille en long, en large et en travers, j'aime beaucoup l'humour qui se dégage de toutes ces situations, l'auto-dérision que chacun des personnages pratique, la beauté des actrices, le charme de Hugh Grant. A chaque fois, je me laisse prendre au charme de ce film, qui je vous le concède, n'a rien d'un chef-d'oeuvre.

Kristin et Hugh

J'aime aussi l'émotion qui envahit les personnages à la mort de Gareth, et j'aime le texte lu par Matthew à l'église lors des funérailles de son ami.

Matthew

J'aime cette histoire d'amour parallèle que leurs amis découvrent à la fin.

Je vous livre ce poème de Wystan Hugh Auden (1907-1973):


Funeral Blues

 

Arrêter les pendules, couper le téléphone,                                  

Empêcher le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne                  

Faire taire les pianos et les roulements de tambour                    

Sortir le cercueil avant la fin du jour.                                         

 

Que les avions qui hurlent au dehors                                          

Dessinent ces trois mots : il est mort                                                   

Nouer des voiles noirs aux colonnes des édifices               

Ganter de noir les mains des agents de police                            

 

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest,                   

Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste                     

Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson,                      

Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort.      

 

Que les étoiles se retirent, qu'on les balaye,                       

Démonter la lune et le soleil                                              

 Vider l'océan, arracher les forêts                                       

Car rien de bon ne peut arriver désormais.                         

 

Stop all the clocks, cut off the telephone

Prevent the dog from barking with a juicy bone

Silence the pianos and with muffled drum

Bring out the coffin, let the mourners come.

 

Let aeroplanes circle moaning overhead

Scribbling on the sky the message He is dead

Put crepe bows around the white necks of the public doves

Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

 

He was my North, my South, my East, my West

My working week and my sunday rest

My noon, my midnight, my talk, my song;

I thought that love would last forever : I was wrong.

 

The stars are not wanted now; put out every one

Pack up the moon and dismantle the sun,

Pour away the ocean and sweep up the woods,

For nothing now can ever come to any good.

 

Je crois en fait que je regarde ce film uniquement pour ce poème, qui dit l'amour et la perte de l'autre, bien mieux que quiconque.....et je trouve qu'il est plus harmonieux en anglais.

Vous avez, vous aussi des films que vous regardez régulièrement ?