Jane Eyre affiche

AlloCiné

Nous nous sommes décidés à aller voir en version originale, la 26ème version (films et téléfilms confondus), du chef-d'oeuvre de Charlotte Brontë.

J'avais beaucoup aimé la version de Zeffirelli en 1997, avec Charlotte Gainsbourg et William Hurt, ce dernier campant un Rochester plus vrai que nature.

Cet opus a été tourné à Haddon Hall dans le Derbyshire, pour représenter Thornfield, la propriété du riche et ombrageux Rochester. Il faut savoir que ce manoir a déjà été utilisé pour d'autres versions de "Jane Eyre".

Que dire de cette version-là ? Voici mes impressions :

- Les aspects les moins réussis à mon point de vue :

  • un certain académisme dans la réalisation; par exemple, quand Jane est triste, il pleut; quand elle est heureuse, il fait soleil.
  • pas de déchaînement de passions, un très bel esthétisme des images, mais on ne retrouve rien de la situation sociale de l'Angleterre de l'époque.
  • l'ambiance fantastique est à peine abordée; à peine deux ou trois moments qui traduisent l'atmosphère mystérieuse et lugubre de Lowood.
  • la mise en scène est très élégante, mais elle ne réussit pas à laisser transparaître la passion entre Jane et Rochester.
  • l'enfance de Jane à Lowood, la cruauté de sa tante adoptive, Mrs Reed, sont trop légèrement et brièvement évoquées, alors que cette période occupe une bonne moitié du roman.
  • j'ai trouvé que Michael Fassbinder était trop jeune pour le rôle de Rochester, et ce, malgré les favoris qui encadrent son visage; certes, il a une "belle gueule", mais il ne réussit pas à faire passer les passions qui l'animent; il n'est pas assez violent, pas assez brutal dans ces sentiments par rapport au personnage original.

- ce que j'ai préféré :

  • l'interprétation de Mia Wasikowska qui joue Jane; en très peu de dialogues et de mots, elle réussit à faire passer par la force de son regard, nombre de sentiments.
  • Judi Dench, en Mrs Fairfax, la gouvernante de Rochester; c'est vrai, j'aime beaucoup cette actrice du théâtre britannique, qui a une diction parfaite, et qui campe un personnage fort, et très important dans la vie de Jane.
  • les paysages de landes sont magnifiquement filmés; toute la désolation et toute la mélancolie du Nord de l'Angleterre apparaissent dans ces images.
  • les costumes de Michael O'Connor sont très beaux, riches et mettent tout à fait en valeur la société bourgeoise anglaise de l'époque.
  • Le réalisateur a bien mis en relief la dimension féministe de l'oeuvre de Brontë, avec une Jane qui ne se contente pas de jouer du piano, mais a aussi accès aux savoirs jusque là réservés aux hommes. A plusieurs reprises dans le film, Jane dit qu'elle veut se débrouiller et vivre de son travail, même si ce travail est très humble.

Au final, c'est un film agréable, qui se laisse regarder, et qui devrait enthousiasmer les spectateurs qui ne connaissent pas l'oeuvre de l'aînée des Brontë. C'est une adaptation assez réussie, plutôt fidèle au roman, où l'on retrouve parfois certaines répliques originales du roman.

Mais pour ma part, j'ai préféré la version Zeffirelli. William Hurt y était plus convaincant en Rochester, et il correspondait plus à l'image que je m'en fais : plus âgé, plus passionné, plus brutal. Le personnage que j'ai vu chez Fassbinder n'est jamais arrivé à exprimer ses passions et ses tourments; tout était contenu, bien propre, bien ordonné, un peu fade; pas de débordements dans les sentiments exprimés. C'est certainement la vision qu'a voulu en donner Cary Fukunaga, mais un déchaînement de passions n'aurait pu que faire du bien au film.

Et vous, l'avez-vous vu ?

Si oui, quel est votre sentiment ?