Ce mois d'août est un peu agité, entrecoupé de courtes absences, mais cela ne m'a pas empêchée de lire, et aussi d'aller au ciné

Tous nous joursTous nos jours sont des adieux de Nancy Cato

Une saga australienne au début du 20ème siècle

- la quatrième de couverture : Alix vient d'obtenir son diplôme d'infirmière. Mais en 1911, dans la bonne société australienne, une telle vocation est loin d'être encouragée. Surtout quand elle annonce à sa famille sa volonté de se rendre dans le bush, pour s'occuper d'un dispensaire.

Au mépris des conventions, dans un environnement sauvage, Alix partage alors le quotidien des aborigènes et de quelques colons. Parmi eux, l'attentionné Sergent McGuiness, et l'aventurier Jim Manning....

L'aventure se poursuivra à la disparition d'Alix avec sa fille Caro qui suivra la voie de sa mère en devenant également infirmière, mais y ajoutera encore un peu de piment en devenant infirmière volante et pilote elle-même.

Roman léger pour la plage ou la chaise longue à l'ombre avec un thé glacé.

Sanctuaires ardentsSanctuaires ardents de Catherine Mosby

la 4ème de couverture : Depuis l'arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L'intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscitent l'admiration des uns, l'effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour Willard s'en va et laisse Vienna élever seule leurs deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s'acharner sur les Daniels. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l'amour qu'elle porte à Willa et Elliott, Vienna entre éperdument en résistance.

 Fracture Nord/Sud, fracture Blancs/Noirs, fracture riches/pauvres, ségrégation, problèmes de la différence, les thèmes abordés sont des thèmes universels, et ce livre n'est pas sans rappeler "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" d'Harper Lee, sans toutefois en avoir la puissance.

44scotland street

Ce livre m'a été offert par Koalisa lors du swap organisé conjointement par MyLittleDiscoveries et Lalydo. Je n'avais encore rien lu de cet auteur, mais je crois que je vais rattraper le temps perdu. J'ai adoré les personnages qui gravitent dans ou autour de cet immeuble du 44 Scotland Street. Je me suis prise d'affection pour Pat, la jeune étudiante dans sa deuxième "gap year", pas du tout sûre d'elle, qui brûle pour son co-locataire, le beau Bruce, beau mec toujours prêt à tomber pour la première fille qui passe, mais pas pour Pat. Mon personnage préféré, c'est Angus Lordie, l'artiste peintre qui possède un chien avec une dent en or.

Je vais me précipiter pour lire la suite; et franchement l'anglais est très bon, facile à comprendre, une bonne révision pour moi. Merci Koalisa.

Koalisa, peux-tu me dire quel est le suivant chronologiquement parlant ?

le cherche bonheur

Ambiance toute différente dans ce roman américain. Les deux protagonistes, Ella et John sont des octogénaires mariés depuis plus de soixante ans. Elle est atteinte d'un grave cancer, et lui a la maladie d'Alhzeimer. Leur dernière folie, traverser l'Amérique au volant d'un camping-car en parcourant la route 66 (ou ce qu'il en reste) pour atteindre Disneyland en Californie.

Contre l'avis des médecins, l'avis de leurs deux enfants quasiment déjà sexagénaires, le couple décide tout de même de faire le grand voyage.

Le roman raconte leur dernier grand voyage, leur périple fantastique, avec John au volant (Ella ne sachant pas conduire). 

Ce roman est fantastique par l'esprit de liberté qui s'en dégage (j'ai adoré la scène au début du voyage quand Ella jette sa perruque par la fenêtre du camping-car), mais aussi par l'amour si profond qui lie ces personnes en fin de vie, qui ont choisi d'accomplir ce pélerinage comme un dernier voyage avant de mourir.

C'est une sorte de road-movie, qui nous narre toutes les expériences vécues par Ella et John, agression, rencontres plus ou moins intéressantes, avec toujours dans la bouche d'Ella, des critiques de l'Amérique et de la vie américaine, des retours en arrière qui nous sautent au visage et nous content la vie de leur famille, leur vie de couple.

Rien n'est triste dans ce livre, c'est plutôt revigorant, c'est drôle souvent, touchant sans être larmoyant, et je trouve que ce couple nous donne une belle leçon de vie.

Ce roman a été pour moi une vraie découverte, très agréable.

Ce que j'ai programmé comme prochaines lectures : 

- Paradis Conjugal d'Alice Ferney (déjà commencé) 

- Magnus de Sylvie Germain

- Le rabaissement de Philip Roth

- Nom de code : Witch de Ian Rankin.

 Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

Avez-vous lu un de ces romans ?