Une expo non prévue au planning de l'automne, mais ma fille avait envie de la voir et m'a demandé de l'accompagner. Je n'ai pas regretté ce travelling sur Paris, vu au travers du cinéma hollywoodien des plus grands cinéastes du 20ème siècle.

Affiche Paris Vu Hollywood

Présentée du 18 septembre au 15 décembre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris, l’exposition « Paris vu par Hollywood » évoque la manière dont le cinéma américain, sur plus d’un siècle, a représenté la capitale française, lui offrant une place de choix dans l’histoire du cinéma. 

Paris est, de loin, la ville étrangère à l’Amérique la plus représentée dans le cinéma hollywoodien. On peut estimer le nombre de films américains situés à Paris, à près de huit cents. Plusieurs films par an assurément, parfois jusqu’à dix ou quinze dans la saison.

Cette sensation du spectateur américain moyen de connaître Paris est évidemment une illusion : ce qu’il reconnaît, ce sont quelques clichés de la ville fabriqués par Hollywood, que l’on retrouve dans les plans d’ouverture d’Un Américain à Paris (1951), la place de la Concorde, l’Opéra, le pont Alexandre III avec en fond d’écran la tour Eiffel, la place Vendôme devant le Ritz, le jardin des Tuileries, l’extrêmité verdoyante de l’Île de la Cité laissant apparaître Notre-Dame.

Mais pourquoi Hollywood a-t-il "fabriqué" Paris ?

Parce qu'aux yeux du public américain, Paris est l’expression du désir, du plaisir et de la sophistication. En retrouvant la capitale française sur grand écran, il a l’illusion de boire une coupe de champagne, d’assister à un défilé de mode, de discuter avec une jolie femme ou de flâner de devantures en  librairies.

Ernst Lubitsch, a situé une dizaine de ses films dans Paris, sans y avoir tourné le moindre plan. Il disait :« Il y a le Paris de Paramount et le Paris de la MGM. Et puis bien sûr le vrai Paris ». 

Rythmée par de nombreux extraits de films et réunissant des photographies, des maquettes de décor, des costumes, des affiches, l’exposition se divise en  quatre moments, périodes de cinéma : le Paris historique du muet, le Paris sophistiqué de la comédie sentimentale, l’apogée du Cancan aux films fous, virevoltants et coûteux, et enfin, les films in situ quand Hollywood tourne enfin dans Paris.

Ce n'est qu'à partir des années 50 que les cinéastes américains viennent enfin tourner à Paris : Blake Edwards, Stanley Donnen, Alfred Hitchcock, Vincente Minnelli, John Huston, Woody Allen, Martin Scorcese (Hugo Cabret) ou encore Sofia Coppola.

Cette exposition est très riche d'affiches, de nombreux extraits de films, d'interviews, de maquettes de décors, de costumes, de scénarios, en tout près de 400 documents provenant d'archives françaises et américaines (Cinémathèque Française, Bibliothèque des Oscars, Warner Archives, et collectionneurs privés).

Ce que j'ai le plus apprécié, ce sont les dessins préalables aux décors des films, en particulier ceux ayant servi au film "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola, de véritables oeuvres d'art qui demandent une bonne dose de minutie, de précision et de talent. On y voit également des robes dessinées par Hubert de Givenchy pour Audrey Hepburn.

Des écrans géants passent en boucle un montage d'extraits de films dont Paris est la vedette. De plus, tout au long de la visite, une vingtaine d'écrans permettent de découvrir des extraits de films, des premiers films d'Edison à ceux de Woody Allen, ainsi que des reportages sur des tournages.

Mes plus : C'est une expo très complète, dense, et intéressante, très didactique (il y a énormément de choses à lire, et quand il y a foule, c'est très difficile d'approcher les panneaux).

Mes moins : très mal éclairée, difficile de lire les panneaux et même les légendes. Qui plus est, il faut faire des allers et retours, (ie quand on arrive au bout d'une allée, il faut revenir sur ses pas pour reprendre une autre allée, ce qui est très gênant car on se heurte aux personnes qui commencent la visite), mais peut-être la configuration de la salle ne se prête-t-elle pas à une expo aussi importante.

Infos pratiques :

Hôtel de Ville de Paris - Salle Saint-Jean

5 rue Lobau 75004 Paris

Du 18 septembre au 15 décembre 2012

Entrée gratuite.

une_21619_1091Un Américain à Paris

top_home_image

French Cancan

aristochat_galleryphoto_paysage_std

Je ne me souvenais pas que "les Aristochats" se situait à Paris.

15444

Audrey Hepburn

ninotchka_-christophelNinotchka