Sami_Frey_Premier_Amour

Soirée théâtrale à l'Atelier récemment....pour une pièce de Beckett, plutôt une nouvelle de Beckett.

L'auteur Irlandais Samuel Beckett a écrit cette nouvelle en 1946, elle sera publiée en 1970. Il en a emprunté le titre à Tourgueniev, et il l'a écrite directement en français.

L'histoire : 

Ecrite à la première personne, elle débute juste après la mort du père du narrateur. Il a été chassé de sa chambre dans laquelle il aurait bien voulu rester, mais on ne sait pas qui l'a chassé, les héritiers sûrement. Il a même proposé de faire de menus travaux dans la maison pour conserver sa chambre : "je leur proposais notamment de m'occuper de la serre chaude. Là j'aurais volontiers passé trois ou quatre heures par jour, dans la chaleur, à soigner les tomates, les oeillets..."

Puis il rencontre Lulu dans un jardin public, une prostituée probablement; cette rencontre le trouble profondément.: "on n'est plus soi-même dans ces conditions, et c'est pénible de ne plus être soi-même..." Il veut échapper à Lulu, et la fuit, lui demande de ne pas venir aussi souvent. Puis, dans sa solitude, il découvre qu'il aime Lulu; il revient près du banc, la retrouve, et accepte de la suivre chez elle, et de s'y installer.

Mais il fuira à nouveau quand il ne supportera plus les cris de l'enfant qu'il a eu avec Lulu, les cris, la présence des autres hommes avec qui couche Lulu:
   "Pendant des années, j'ai cru qu'ils allaient s'arrêter. Maintenant, je ne le crois plus. Il m'aurait fallu d'autres amours, peut-être, mais l'amour, ça ne se commande pas".
 

Mon humble avis : 

Sami Frey est seul en scène, assis sur un banc à l'avant-scène de la scène, dans un tout petit espace délimité par une bande blanche. Il porte un imperméable sombre, et un sac en bandoulière; il a un chapeau mou à la main qu'il triture, le mettant et l'enlevant sans cesse. Son visage émacié, son allure longiligne nous rapprochent du personnage qu'il représente, le"je" du texte.

Tout est dit et pourtant rien n'est expliqué. On ne connaît même pas le nom du "je". Les mots sont clairs, la langue est belle, simple mais précise. Elle exprime le désarroi de cet homme simple, désamparé devant l'amour, son premier amour.

Sami Frey ne lit pas le texte, ne le dit pas, il l'interprète au sens théâtral du terme, il lui donne vie, il lui donne chair. Les mots sont quasiment murmurés, créant une intimité avec le spectateur. Je suis restée accrochée aux paroles de l'acteur, il a réussi à m'emporter dans le texte par son magnétisme, sa voix magnifique, profonde.

Infos pratiques :

Théâtre de l'Atelier

1, Place Charles Dullin - 75018 PARIS.

Le spectacle se joue du 24 octobre au 29 décembre 2012, les mercredi, vendredi et samedi, à 19 heures.

100611172853110_6_000_apx_470_

Le théâtre de l'Atelier au pied de la Butte Montmartre :

Theatre-de-l-Atelier-Paris_w258h247