413CXQSmlQL

Élève brillante, Nicole était douce et sociable (cheftaine scout, membre de plusieurs associations d’étudiantes). Elle meurt subitement dans un accident terrible. À l’automne suivant, tandis qu’un nouveau semestre commence, Craig, l’ancien petit ami de Nicole est renvoyé de l’université médiocre où il était entré par relations. Tenu pour responsable de la mort de Nicole mais relâché faute de preuves, il ne parvient pas à surmonter le drame, ne cesse d’y repenser et a l’impression de voir Nicole partout. Perry, son colocataire, était dans le même lycée que Nicole. Lors d’un séminaire sur la mort par Mira Polson, professeur d’anthropologie, il fait part de ses interrogations et de ses doutes quant à la disparition de la jeune fille. Il dit avoir connu la vraie Nicole : une personne manipulatrice, malhonnête, et séductrice. De son côté, Shelly Lockes, unique témoin de l’accident, conteste la version officielle, selon laquelle Nicole, baignant dans une mare de sang, n’aurait pu être identifiée que grâce à ses bijoux. Selon elle, la jeune fille était inconsciente mais ne présentait aucune lésion. D’étranges événements surviennent alors: mystérieux appels téléphoniques, cartes postales énigmatiques, apparitions de Nicole… ou d’une fille qui lui ressemble. La rumeur enfle à Godwin Hall, précipitant Craig, Perry, Mira et Shelly au coeur d’un ténébreux mystère qui va transformer leurs vies pour toujours: se pourrait-il que, trop jeune pour mourir, Nicole soit revenue ? 

Mon avis :

 J'ai du mal à donner un avis clair et tranché pour ce roman; c'est le 8ème roman de cette romancière. J'avais été enthousiasmée par trois précédents : "en un monde parfait", " A moi pour toujours" et "un oiseau blanc dans le brouillard".

Ici Laura Kasischke nous plonge dans le milieu des sororités et des fraternités des campus universitaires américains, leur fonctionnement mystérieux, leurs codes, leurs hiérarchies. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, et puis je me suis laissée happer par le mystère, le suspense.

Ce qui m'a un peu destabilisée au départ, c'est le changement de narrateur à quasiment chaque chapitre, le changement de point de vue, le changement d'époque, les allers et retours dans le temps. Mais ce livre est quand même un coup de coeur, on s'adapte très vite au style de l'auteur, fluide, simple, à l'atmosphère étrange qui se dégage de cette histoire, et quand on connaît les personnages, il est plus facile de rentrer dans l'histoire.

Laura Kasischke fait ici une critique de la société américaine poussée à l'extrême, d'une administration universitaire qui ferme les yeux sur le fonctionnement mystérieux des sororités, en particulier les traditions et les bizutages qui se perpétuent, souvent au mépris de la loi. Les sororités sont des associations d'étudiants secrètes dont les membres sont acceptés souvent sur leur niveau social et la situation financière de leurs parents. Elle fait une satire de cette société avec des traditions pour le moins discutables, et de cette façade qu'on veut bien nous laisser voir.

L'atmosphère de ce roman est trouble, dérangeante; la mort reste le fil conducteur du roman. Les étudiants qui suivent le cours de Mira, le professeur qui leur dispense des cours à la morgue et leur enseigne l'étude anthropologique des rites funéraires, ont une fascination pour la mort, et c'est cette fascination qui les poussent à tenter des expériences dangereuses.

A mon avis, un livre à ne pas laisser passer même si l'histoire est quelque peu sombre et mystérieuse, même si les histoires de revenants vous laissent de marbre. 

Extrait : 

"Ce fut plus fort que lui. Il se mit à rire en l'entendant parler de "rituel de Printemps." Au fond, il s'agissait de soûler les soeurs de la sororité à la tequila, de les faire hyperventiler jusqu'à ce qu'elles tombent dans les pommes, de les allonger dans un cercueil, puis de les "ramener d'entre les morts", ressuscitées de frais au sein de la sororité Oméga Thêta Tau. Il aurait été difficile, se dit-il, de classer cela dans les "activités du printemps", où le Rotary Club aurait rangé une chasse aux oeufs de Pâques ou une partie de patins à roulettes organisée pour des enfants trisomiques. ..."