Marie-Laurencin-Autoportrait

Il y a actuellement au Musée Marmotan-Monet une exposition sur Marie Laurencin; les toiles seront accrochées jusqu'au 30 juin. 

Qui était Marie Laurencin ?

Elle est née en 1883 à Paris, d'une mère couturière, et de père "non dénommé". Elle n'a pas accès à l'éducation des filles de bonne famille. Mais elle se fait très vite une place dans le Paris bouillonnant des années 1900. Elle rencontre Georges Braque, et dès 1907, elle a ses entrées au Bateau-Lavoir, où vivent Picasso, Van Dongen, Modigliani.

L'artiste a été qualifiée de suave, voire de mièvre, de par les teintes pastel qu'elle utilise et la douceur de ses portraits de femme, et pourtant, elle est un membre important de l'avant-garde du début du XXème siècle. Les plus grands, Picasso, Braque, Apollinaire, l'ont entourée et soutenue dans sa vocation. Elle se démarquera rapidement de ses talentueux contemporains pour imposer son style  délicat et raffiné. 

Peu d'expositions lui ont été consacrées, et aucune dans un musée français depuis sa mort en 1956. Il est intéressant de constater que parmi les 72 tableaux et la vingtaine d'aquarelles accrochées par le musée Marmotan, 80% viennent du Japon, de Nagano exactement où il existe un musée Marie Laurencin.

Pourquoi un tel oubli ? cela s'explique par la modestie de l'artiste qui écrivait dans "Carnets de Nuits", le recueil de souvenirs qu'elle publie en 1942 : "le peu que j'ai appris m'a été enseigné par ceux que j'appelle les grands peintres, mes contemporains : Matisse, Derain, Picasso, Braque. Si je ne suis pas devenue peintre cubiste, c'est que je n'ai jamais pu. Je n'en étais pas capable, mais leurs recherches me passionnaient."

Pendant la première guerre mondiale, elle est contrainte de s'exiler en Espagne, et ce sera la rupture avec ses célèbres contemporains; elle se rapprochera alors des poètes tel Cocteau, des Gallimard, et du plus grand marchand de tableaux de l'époque, Paul Rosenberg. Elle s'isole, ne fait plus partie du cercle des peintres connus et recherchés. Sa peinture s'oriente ves les teintes pastel qu'elle aime, le rose, le bleu, le blanc, le noir, ce qui la précipitera dans l'oubli, d'autant plus que dans les quinze dernières années de sa vie, elle sera atteinte d'une myopie sévère.

Voici quelques tableaux de Marie Laurencin :

apollinaire-et-ses-amis-Marie-Laurencin-Lucilius"Apollinaire et ses amis" peint en 1909

pic 2les deux soeurs au violoncelle (1913)

Elle s'est représentée sur cette toile avec Nicole Groult, (soeur du couturier Paul Poiret) avec qui elle a vécu une grande passion et une longue liaison. Son attitude était très moderne pour l'époque, elle était aussi avant-gardiste par ses attitudes, mais pas dans un sens militant, plutôt comme un droit à vivre comme elle l'entendait.

Marie-Laurencin-Danseuses-vers-1939-Adagp-Paris-20121"Danseuses" huile de 1939

J'aime beaucoup la douceur des tableaux, la légèreté des gestes, la transparence des teintes; sous le pinceau transparaît la modestie de l'artiste, mais aussi sa volonté de peindre ce qui lui plaît, de la façon qui lui plaît. Réservée, modeste Marie Laurancin, mais qui a tenu une place importante au milieu de l'intelligentsia du début du 20ème siècle.

Musée Marmotan-Monet

2 rue Louis-Boilly - -16è

Fermé le lundi  - ouvert de 10 h à 18 h sauf jeudi de 10 h à 20 h.

Connaissiez-vous Marie Laurencin ?

Etes-vous tenté par cette exposition ?